fbpx

Le figuier de Barbarie pour perdre du poids ?

perdre du poids facilement avec le nopal

Traditionnellement employé au Mexique par les Aztèques pour soigner les troubles associés au diabète, le nopal (figuier de Barbarie) est aujourd’hui surtout prisé pour la perte de poids via des compléments destinés à ménager la faim et brûler les graisses.

Le Nopal (ou figuier de barbarie) est un cactus originaire du Mexique qui était utilisé pour ses vertus médicales par les Aztèques. Traditionnellement employé pour soigner les troubles hépatiques, gastro-intestinaux et associés au diabète, le Nopal est surtout prisé aujourd’hui pour ses propriétés minceur car il aide a perdre du poids via des compléments destinés à ménager la faim et capter les graisses.

Un double effet coupe-faim et capteur de graisses

Riche en fibres mucilagineuses, le nopal (ou figuier de Barbarie) a la double propriété de capter les graisses et de stocker l’eau indispensable à sa survie. Très utile quand on pousse dans le désert ! Les laboratoires scientifiques ont donc naturellement cherché à utiliser ces fibres absorbantes pour les faire gonfler dans l’estomac et déclencher ainsi une satiété plus rapide.

On trouve désormais des compléments alimentaires à base de nopal pour aider l’organisme à absorber les graisses et les sucres et à diminuer l’appétit. 

Comment cultiver le figuier de Barbarie ? Par Art-lepouvoirdesplantes.com

2 atouts-clés du figuier de barbarie

Le Figuier de Barbarie est devenue une source de nourriture à part entière. Sa culture gagne peu à peu du terrain. La consommation atteint 6,4 kg par an et par habitant au Mexique et le Brésil compte au moins 500.000 hectares de plantations de cactus, principalement pour le fourrage. La plante est également cultivée en Afrique du Nord et en Éthiopie. 

Le Figuier de Barbarie a un atout supplémentaire : il stocke de l’eau dans ses branches, ce qui en fait un puits capable de fournir jusqu’à 180 tonnes d’eau par hectare, soit assez pour abreuver cinq vaches en cas de sécheresse.

En plus, le cactus optimise la qualité des sols, favorise les plantations d’orge et pourrait même, selon des études, aider à limiter les émissions de gaz à effet de serre en réduisant la méthanogènèse des bovins qui le consomment. 

En revanche, la plante ne supporte ni le gel, qui peut provoquer des dégâts irréversibles, ni les fortes chaleurs au-delà de 30 degrés.

Cliquez ici pour en savoir plus

Postez votre commentaire